Logo Dainville
Le CND remercie la municipalité
pour son soutien
Accueil
Patientez ...
Cercle Numismatique Dainvillois > Monnaies romaines > Une silique d'Odoacre

Notre gazette "Le Potin"

> Accueil

> L'Euro
> Monnaies romaines
> Monnaies celtes
> Les Huns
   une numismatique peu connue ...
> Les Royales
> La période contemporaine
   (après 1789)
> Fonderie et laminoir
   de Biache St Vaast (Pas-de-Calais)
> Le trésor de Dédé
> La monnaie à Arras

Infos pratiques

> Nous rejoindre
> Nous contacter
> Formulaire d'inscription à la bourse du 8 Mai 2018
> La vie du cercle
> Liens utiles
> Documentation
> Lexique numismatique
> Plan du site


Facebook


Chaque auteur est responsable des documents, informations et explications des dossiers qu'il présente ci-dessus.
Le Cercle Numismatique Dainvillois décline en conséquence toutes responsabilités sur ces sujets.

Une silique d'Odoacre

Présentation d’une silique de Julien II avec le monogramme d’ODOACRE, roi des Erules

  
Pièce de la plus grande rareté, peut-être inédite

I - Un peu d’Histoire :

Quand Attila mourut, Orestes, son secrétaire, revint à Rome à la tête des Scyres en désirant poursuivre l’oeuvre d’Attila concernant l’unité de l’Europe.
Edecom, barbare Scythe, un autre collaborateur d’Attila vint lui aussi à Rome avec les mêmes pensées, mais seul avec son fils.
Aussitôt il s’opposèrent l’un à l’autre. Etant trop vieux pour atteindre une réussite personnelle, ils se combattent par fils interposés.
A la force de son intelligence, Orestes chasse de son trône l’empereur Népos, pour y installer son fils Romulus qui sera appelé Augustus et que le peuple, bon juge en hommes diminuera en Augustulus.
Edecon, fait prendre à son fils Odoacre, les insignes du Général.
C’est ainsi que Romulus Augustulus et Odoacre, nourris tous deux de la pensée d’Attila, occupent le devant de la scène de l’empire d’occident.
Ils sont dressés l’un contre l’autre dans une lutte sans merci au moment où Théodoric devenu le roi du peuple Goth, en 475, nourrit ce grand songe de l’unité de l’occident que le génie d’Attila avait semé dans tous les nobles esprits de l’époque.
Odoacre commença par déserter de son poste de général de l’armée romaine. Il se fit prendre à bord de barques de pirates germains qui croisaient dans les parages de Rome.
Il devint bien vite leur chef et parcouru en tous sens la Méditerranéenne. Un jour, la nostalgie de la terre ferme le prit et il alla exercer le métier de brigand après avoir fait celui de pirate.
Il visita ainsi de nombreux pays jusqu’au jour où il arriva dans les Balkans où l’ermite Sévérinus lui fit une prédiction lui conseillant de retourner en Italie et de quitter ses vêtements de fourrures.
C’est ce qu’il fit pour reprendre son uniforme de général Romain.
En 476 il devient roi des Erules.
A cette époque, Romulus Augustulus règne sur l’empire d’Occident dont il est incapable de freiner la course à l’abîme.
Les armées barbares cantonnées sur le territoire Italien observent ce processus de désagrégation.
Leurs chefs se réunissent un jour et décident de demander à l’empereur les concessions territoriales dont ils avaient besoin. Ils demandent le tiers de l’Italie.
La cour de l’empereur repoussa leur demande d’un ton si hautain qu’ils s’irritèrent plus de la forme du refus que du refus lui-même.
Odoacre était parmi ceux qui criaient le plus fort. Il ne fit que résumer l’opinion de tous les autres généraux germains en déclarant qu’il prendrait de force ce qu’un l’Empire ne voulait pas leur céder de bon gré.
La révolte éclata dans tous les camps de soldats, dans toutes les casernes.
Puisque Odoacre avait pris la tête du mouvement, les autres chefs de clans lui remirent implicitement la conduite des opérations.
C’est ainsi qu’il prit Ravenne et déposa Romulus Augustulus en 476. Il prit aussi possession de la puissance qui venait d’échapper des mains du faible empereur.
Si Odoacre ne prit pas le titre de roi, ce fut par égard pour les autres chefs germains.
Odoacre devint en fait le maître de l’Italie.
Il assignat le dernier empereur d’Occident à résidence, chez Lucullus, en Campanie, ce célèbre général gastronome.
Odoacre régnait en monarque sage et commerçait a donner à l’Italie une excellente administration.
Cela déplut fortement à Zénon, l’empereur de Byzance, ainsi qu’à Théodoric qui s’inquiétait qu’un barbare fut déjà en train de réaliser ce qu’il avait rêvé d’accomplir.
En 488, Théodoric demanda à Zénon l’autorisation de conquérir l’Italie qui la lui accorda.
Odoacre, dans sa guerre contre Théodoric n’avait pas la sympathie publique. Il n’était pas très populaire.
Lui et ses troupes furent battus à trois reprises en 489 et 490, il fut contraint de se retirer à Ravenne où pendant trois ans il résiste.
Au terme de ces trois ans il demande à Théodoric de faire la paix et lui propose de régner avec lui sur l’Italie. Théoderic accepte immédiatement et signe un traité de paix reprenant ces clauses.
Mais, 20 jours plus tard, se rendant compte de la fourberie d’Odoacre, qui avait fait massacrer 600 de ses plus proches compagnons d’armes, Théoderic l’attire dans un piège et le tue de ses propres mains. Nous sommes en 493

(notions tirées de « Théodoric, roi des Ostrogoths » par Marcel Brion)

II - Revenons à notre Monnaie :

Odoacre voulait faire l’unité de l’Europe, comme Attila.
Très ami avec les Wisigoths, il leur donne la Provence pour ne s’occuper dans un premier temps que de la partie Est de l’Europe.
Il sait qu’en agissant ainsi, il ne craint rien de la part de la Gaule ni de l’Espagne.
Ainsi il conquiert la Sicile et la Dalmatie.
L’atelier d’Arles a cessé toute activité en 475, c’est à dire au moment où Théoderic devient le roi des Ostrogoths et où Odoacre est encore général de l’armée Romaine. Mais plus tard, en destituant Romulus Augustule, Odoacre devenu le maître de l’empire d’Occident, peut faire frapper une monnaie dans les ateliers de l’Empire.
C’est ce qu’il a certainement fait à Arles en mettant son monogramme au dessus de la tête de Julien II. Pour quelle raison ?


Monogramme d'Odoacre

Une piste pour l’instant : en mettant son monogramme au dessus de la tête de l’empereur Romain, Odoacre a voulu rappeler aux Wisigoths et à la population sous leur domination qu’il restait le maître de l’empire.
Cependant la question reste ouverte et c’est avec plaisir que le Cercle Numismatique de Dainville accueillera toutes vos propositions d’explication.

III - Un monogramme au-dessus de la tête de Julien II :

La figure 1 représente le minuscule monogramme qui se trouve au-dessus de la tête de Julien II.
La petitesse du monogramme empêche celui-ci d’apparaître en totalité.
Ces parties sont inscrites en pointillés sur la figure 1.


Figure 1


Figure 2 - Représentation du monogramme d’Odoacre, roi des Erules.

Nous remarquons que le monogramme de la monnaie se présente à l’envers du monogramme officiel. Sans doute, le graveur, qui n’avait pas l’habitude des monogrammes, l’a gravé à l’endroit et non à l’envers.
Le monogramme de la monnaie ne peut être attribué à personne d’autre qu’à Odoacre. En effet, il est le seul à utiliser un A renversé. Et rien que la présence de ce A bien particulier, au-dessus de la tête de Julien II autorise l’attribution à Odoacre et à lui seul.

IV - Attribution de la monnaie :

Au terme de notre étude, nous pouvons conclure que cette monnaie a été frappée entre 476 (destitution de Romulus Augustule) et 488 (arrivée de Théoderic en Italie).
L’Histoire a retenu qu’en France, les premiers monogrammes sur les monnaies d’argent sont apparus sur les monnaies de Thierry Ier (511-534) fils de Clovis qui reçu le royaume de Reims en héritage.
Notre monnaie provençale au monogramme d’Odoacre précède les monnaies d’argent de Thierry Ier.
A ce titre elle est remarquable et mérite d’être connue du plus grand nombre.
D’autant plus que les collectionneurs peuvent trouver d’autres monnaies de la même époque avec un monogramme placé au dessus de la tête d’un empereur Romain.



Par Richard Nowecki - 13/11/2007
Haut de page
  > Internet Explorer 6.0 | Firefox 3.0.1 | 1024 x 768 <