Logo Dainville
Le CND remercie la municipalité
pour son soutien
Accueil
Patientez ...
Cercle Numismatique Dainvillois > Les Pièces Fautées

Notre gazette "Le Potin"

> Accueil

> L'Euro
> Monnaies romaines
> Monnaies celtes
> Les Huns
   une numismatique peu connue ...
> Les Royales
> La période contemporaine
   (après 1789)
> Fonderie et laminoir
   de Biache St Vaast (Pas-de-Calais)
> Le trésor de Dédé
> La monnaie à Arras

Infos pratiques

> Nous rejoindre
> Nous contacter
> Formulaire d'inscription à la bourse du 8 Mai 2018
> La vie du cercle
> Liens utiles
> Documentation
> Lexique numismatique
> Plan du site


Facebook


Chaque auteur est responsable des documents, informations et explications des dossiers qu'il présente ci-dessus.
Le Cercle Numismatique Dainvillois décline en conséquence toutes responsabilités sur ces sujets.

Les pièces fautées : quand l’imperfection vaut de l’or !


Erreur de frappe, problème technique, inexpérience, étourderie ... La frappe des pièces connaît parfois des rebondissements, et des pièces fautées sont alors produites. Loin d’être des « rebuts », ces pièces rares sont parfois très recherchées par certains collectionneurs et peuvent pour certaines atteindre quelques milliers d’euros ! Gros plan sur ces pièces dont l’imperfection vaut de l’or.

Qu’est ce qu’une pièce fautée ?

Dans l’ouvrage « Le monnayage et les monnaies fautées » de Jean-Claude Chort, l’auteur définit une pièce fautée comme « toute monnaie qui n’est pas fidèle au modèle original ou conforme au cahier des charges peut être qualifiée de fautée si la différence est due à une erreur ou un problème technique et n’est donc pas souhaitée. Le défaut peut être très visible ou plus discret, sans toutefois manquer d’intérêt pour le collectionneur ».

Pourquoi les monnaies fautées existent-elles ?

Les monnaies sont produites à des milliers ou millions d’exemplaires : dans cette cadence très intensive, il est impossible de ne pas laisser passer quelques pièces comportant des défauts. Au final, par rapport à la masse impressionnante de pièces produites, la part des monnaies fautées est minime. Ainsi, on retrouve en circulation des pièces qui comportent certains défauts, mais qui restent très recherchées, de par leur rareté et leur singularité.

Quels défauts retrouve-t-on sur les monnaies fautées ?

Les erreurs monétaires sont à l’origine de quatre sources identifiées :

  • Les coins et la virole
  • Les flans
  • Les montages et réglages
  • La presse et la frappe

On retrouve ainsi des anomalies sur les monnaies fautées telles que :

  • Sur les coins et viroles : coin avec légende, millésime, signe distinctif ou autre poinçon erronés, coin doublé, coin cassé (fissuré, brisé, affaissé, etc…), coin altéré, virole erronée ou cassée.
  • Sur le flan : erreur de laminage, découpage, d’assemblage, défaut de plaquage, cuivrage défectueux, problème d’alliage,etc..

  • Concernant le montage et réglage : erreur de montage ou d’approvisionnement à la presse, erreur de réglage sur la presse (frappe en médaille, coins non alignés, frappe molle).
  • Concernant la presse et la frappe : frappe décentrée, identique des deux côtés, multiple, incuse, avec coin tourné, tranche défectueuse à la frappe, etc..

Bref, si vous tombez un jour sur une pièce fautée, ne passez pas à côté !

Exemples de monnaies fautées

1/12 ème écu à la mèche longue Louis XIV 1647 & (Aix)

1/12 ème écu à la mèche longue Louis XIV 1647 & (Aix)


1/12 ème écu à la mèche longue Louis XIV 1659 E (Tours)

1/12 ème écu à la mèche longue Louis XIV 1659 E (Tours)


Ecu de France Louis XV 1721 B (Rouen)

Ecu de France Louis XV 1721 B (Rouen)


Et la dernière, la plus incroyable et magnifique ... Un dixième d’écu au buste habillé Louis XVI 17.. A (Paris) fauté et unique !

Avers
Un dixième d’écu au buste habillé Louis XVI 17.. A (Paris) (Avers)
Revers
Un dixième d’écu au buste habillé Louis XVI 17.. A (Paris) (Revers)

Je vous présente, de ma collection personnelle, un dixième d'écu au buste habillé de Louis XVI double frappe (avers et revers) spectaculaire et magnifique pour un état TTB++ (voire plus !)

Ce 1/10 ème est bien marqué avec une frappe casquette sur chaque face de la monnaie. A l’avers, les deux portraits sont bien visibles. Un point sous le D de LUD montre que ce 1/10 ème aurait été frappé au second semestre.

Au revers la lettre d’atelier A (Paris) est totalement visible mais pas le millésime.

L’atelier de Paris pour les années 1777 ; 1778 ; 1779 ; 1780 et 1789 a frappé des dixièmes d’écus au cours du second semestre.

Cette monnaie a un poids de 2,92 grammes en argent et son diamètre grand axe est de 22.34mm.
Une patine homogène à la fois foncée et brillante recouvre les 2 faces.

Le flan est concave (ce qui va dans le sens d'une monnaie fautée !) à l'endroit de la faute plus précisément là où les grènetis se voient au milieu de la pièce.
On a l'impression que deux monnaies sont accrochées mais pas exactement sur le même plan. La tranche est bien cordonnée.

Avers
Un dixième d’écu au buste habillé Louis XVI 17.. A (Paris) (Avers / Tranche)
Revers
Un dixième d’écu au buste habillé Louis XVI 17.. A (Paris) (Revers / Tranche)

Je pense que c’est tout à fait normal qu'elle soit en creux au revers et « bombé » à l'avers.
Cela est dû à la double frappe et c'est même rassurant qu'elle ne soit pas totalement plate !

C'est une monnaie vraiment atypique et je n'en ai jamais vu de telle du moins en argent. Il existe des monnaies fautées en cuivre ou en bronze.

Pour conclure cette monnaie d’époque me semble UNIQUE et INCROYABLE !



Par Rudy Coquet
Haut de page
  > Internet Explorer 6.0 | Firefox 3.0.1 | 1024 x 768 <